Non à EuropaCity !

Le projet EuropaCity, situé sur le Triangle de Gonesse à la frontière entre le Val-d’Oise et la Seine-Saint-de-Denis promet, sur le papier, une nouvelle destination touristique dédiée aux loisirs et aux commerces. Acté par le schéma de développement de la région Île-de-France (SDRIF) et porté par Alliages et Territoires, filiale immobilière du groupe Auchan, et le groupe chinois Wanda, réputé pour son goût de l’immobilier commercial, le projet EuropaCity annonce la création de 230 000 m² de commerce, 20 000 m² de restaurants et 150 000 m² de loisirs pour un investissement estimé à 3,1 milliards d’euros issus de fonds privés. Les promesses de création de 11 800 emplois, de 10 hectares de parc urbain et de 7 hectares de ferme urbaine n’ont pas suffi à convaincre la quinzaine d’associations qui s’opposent à ce projet démesuré.

Pourquoi s’opposer à un tel projet ?

Les opposants au projet, regroupés sous le Collectif pour le Triangle de Gonesse, comptent : les Amis de la Terre du Val-d’Oise, Environnement 93, MNLE, Val-d’Oise Environnement et sont soutenus par FNE Île-de-France. Dans son opposition le Collectif dénonce :

  • L’intérêt régional du projet face à la saturation du territoire en centres commerciaux. Selon une étude de l’APUR (Atelier parisien d’urbanisme), la région Île-de-France compte déjà près de 1 800 établissements de grand commerce ce qui représente une surface au sol de 5,8 millions de m². L’utilité d’un énième centre commercial reste à démontrer.
  • La disparition de 210 hectares de terre agricoles pour l’aménagement de la ZAC du Triangle de Gonesse, dont 80 hectares due au projet EuropaCity. Le triangle de Gonesse connu pour ses terres agricoles d’une grande valeur agronomique est réputé pour son activité à travers l’Europe. L’agriculture francilienne perdrait alors un important capital terrestre, perte qui irait à l’encontre des recommandations du CESE qui préconise de laisser des terres agricoles disponibles en périphérie urbaine. L’imperméabilisation des sols sera l’une des conséquences de la disparition des terres et aura comme effet secondaire la destruction de la biodiversité qui y est liée. Pour rappel, 25 % des espèces animales et végétales découvertes sont inféodées au sous-sol.
  • L’incompatibilité du projet avec les engagements de la COP21. L’avis de l’Autorité environnementale adopté le 2 mars 2016 alerte sur le volume de ressources (eau, énergie, matériaux…) utiles à la création d’EuropaCity et à son futur fonctionnement et sur les émissions de gaz à effets de serre induits par la construction du parc, son exploitation ou encore les déplacements de ses usagers. Deux éléments au cœur des discussions de l’accord sur le climat de Paris 2015 qui s’est déroulé à quelques kilomètres du triangle de Gonesse.
  • La fausse promesse de création de 11 800 emplois. Ce chiffre estime les emplois directs créés pour l’exploitation du parc et a été calculé en fonction du nombre d’emplois existant sur des sites commerciaux ou de loisirs similaires au projet EuropaCity par rapport à leur superficie. Pourtant, en procédant selon le même calcul, le Collectif comptabilise à peine 6 000 créations d’emplois. Il alerte aussi sur le déplacement d’emplois depuis les centres commerciaux alentours ou les petits commerces de centres-villes. La création d’emploi est l’argument de poids du projet et de son volet social. À lui seul, il réussit à occulter les dimensions économiques et environnementales, elles aussi fondamentales au principe de développement durable. Pourtant il est lui aussi clairement contesté.

Rejoindre le collectif dans son engagement

Également opposée au projet, la LPO Île-de-France apporte, elle aussi, son soutien au collectif et invite à participer au forum-débat organisé par le collectif le 8 novembre prochain de 19 h à 21 h à l’espace Jean Dame au 17 rue Léopold Bellan à Paris 2e. Ce forum-débat sera le lieu pour débattre des alternatives au projet, pour rencontrer les organisations engagées dans la lutte et pour trouver des moyens d’agir. Pour plus d’information, consultez la page Facebook de l’événement.

Pour vous opposer au projet, vous pouvez aussi signer la pétition créée par le collectif et la diffuser autour de vous.

JPEG - 56.3 ko

Mis à jour le : mercredi 9 novembre 2016

Partagez :

LPO Île-de-France

Agissez avec la LPO

Adhérer

Adhérer

Animal en détresse

Animal en détresse

Créer son Refuge LPO

Créer son Refuge LPO

Groupes locaux

Groupes locaux

Sortie Nature

Sortie Nature

Suivre la LPO Île-de-France

Suivre la LPO Île-de-France