Sortie annuelle 2015 : lac du Der-Chantecoq

Un groupe de bénévoles pas si local…
Après le succès des sorties « week-end » organisées par le groupe chaque année, en Brenne en 2013, en Baie de Somme en 2014 et dans la suite logique sur la liste des sites incontournables en ornithologie, le groupe a choisi le site du lac de Der-Chantecoq.
Reste à monter le projet en s’y prenant 6 mois à l’avance.
Jean-Étienne, fort de son expérience des années précédentes, organise : collecte d’informations sur internet, compréhension du site, prises de contact et construction du programme grâce à des participations actives.
Yannick nous fait part de son expérience du site. Marie, qui passait par là, repère et valide le restaurant pour le samedi soir. Elle nous indique aussi les points de vue importants et nous ramène de la documentation. Philippe contacte la LPO Champagne qui nous adresse un animateur pour découvrir les sites, Lionel Bouillon.
Pour Noël, le programme est construit et validé à notre réunion mensuelle de janvier.

Un week-end bien rempli…
Départ matinal ce samedi 7 février avec des températures hivernales. Il faut gratter le pare-brise de la voiture et passer prendre chez Isabelle, Audrey qui y a passé la nuit puis Laurent qui habite à côté… à 6 heures du matin. De son côté, Philippe prend Jean-Étienne, mais pas Hélène à qui il coûte de ne pouvoir venir.
Nous voilà donc partis à 6. Le lieu de rendez-vous est normalement à 9 h à l’Office du Tourisme du Lac du Der à GIFFAUMONT CHAMPAUBERT. Un vent glacial nous surprend et l’on se demande déjà combien de couches de vêtements il nous faudra pour tenir dehors !
Première bonne surprise : Lionel Bouillon, bénévole LPO et aussi salarié de l’Office de Tourisme du Lac du Der-Chantecoq, nous accueille, nous permet de nous réchauffer et présente ce spot ornithologique.

Un lieu qui vaut le détour...
Le lac du Der est situé dans la région Champagne-Ardenne, à la limite des départements de la Marne et de la Haute-Marne.
Construit pour protéger Paris des inondations, le lac du Der a pour but de renforcer le débit de la Marne en étiage et d’en atténuer l’ampleur des crues. Il doit son nom au pays du Der, région naturelle où il est implanté depuis sa construction, dans les années 1960 et 1970. Avec une superficie de 48 km2, c’est le plus grand lac artificiel d’Europe.

JPEG - 668.7 ko
Crédits : P. Naudinot

Sur la route des grandes migrations européennes, il constitue une belle opportunité pour un grand nombre d’espèces qui s’y arrêtent quelque temps à l’aller et au retour de leur route vers l’Espagne, ou y restent pour l’hiver.
Débutent alors les observations guidées par Lionel qui va nous faire découvrir avec enthousiasme et passion les différents endroits.
Nous sommes des privilégiés de pouvoir si facilement voir, entendre, découvrir autant d’espèces. Quel nom pour celui-ci ? Combien d’espèces différentes pour les oies ? Et les canards ? Comment les reconnaître ? Faire la différence entre ces deux espèces ? Et les juvéniles ? Et celui-ci tout bizarre : un croisement ?
Les observations se succèdent sur les deux jours sur différents sites :

  • Postes d’observation aménagés tout en bois directement sur le lac du Der ou sur les Étangs d’Outines et d’Arrigny.
  • Digue avec accès en voiture, pour assister au retour des grues cendrées, au coucher du soleil.
  • Prairies aux grues, aigrettes et courlis cendrés.
  • Ferme aux grues à Saint-Rémy-de-Bouzemont, pour l’agrainage et l’observation des juvéniles.
    Un grand moment le dimanche matin par -4 °C à 7 h sur la digue pour ne pas rater les grues au lever du jour.

Une vision de biodiversité
En moins de 48 heures sur ce site, ce sont 66 espèces d’oiseaux identifiées. À côté de nos passereaux plus communs, bien sûr, les grues cendrées par milliers et également :

JPEG - 643.4 ko
Crédits : P. Naudinot
  • les cygnes chanteurs, de Bewick ou tuberculés ;
  • les sarcelles d’hiver ;
  • les canards siffleurs, colvert, pilet ou souchets ;
  • les grèbes castagneux ou huppés ;
  • les chevaliers gambettes, culblanc ou guignettes ;
  • les harles piettes ou bièvres.

Un souvenir ému pour ceux qui les ont vus : le pygargue à queue blanche qui faisait un tour et le garrot à œil noir pour son regard…
Tadornes, oies, vanneaux, fuligules, grandes aigrettes, nettes rousses… Tant de diversité en nombres et noms. Il faudrait bien y retourner pour mémoriser tout cela !

Messages personnels
A Lionel : un grand merci de nous avoir fait partager d’aussi beaux moments ornithologiques grâce à tes vastes connaissances. Nous attendons tes prochaines photos avec impatience.
A Philippe et aux autres membres : on remet ça en 2016 ?
A Jean-Etienne : un grand bravo pour cette organisation qui nous a fait sortir de l’hiver.

C. Chamoin

JPEG - 851.6 ko
Crédits : L. Martin

Mis à jour le : mardi 13 octobre 2015

Partagez :

LPO Île-de-France

Agissez avec la LPO

Adhérer

Adhérer

Animal en détresse

Animal en détresse

Créer son Refuge LPO

Créer son Refuge LPO

Groupes locaux

Groupes locaux

Sortie Nature

Sortie Nature

Suivre la LPO Île-de-France

Suivre la LPO Île-de-France